PREREQUIS , une entreprise spécialisée dans le conseil, naît, en 2001, de la volonté de quatre personnes. « Chacun d’entre nous était déjà dans une entreprise », précise Didier Leymarie, associé et co-fondateur de PREREQUIS . « Nous avons choisi de prendre notre temps. C’est la raison pour laquelle nous avons décidé d’arriver petit à petit pour ne pas peser trop lourd sur les ressources de la jeune structure », explique Didier Leymarie . En créant ce cabinet de conseil, le quatuor n’a pas dans l’idée de fonder un groupe constitué à partir d’injections de capitaux externes. « Nous n’avons pas voulu emprunter. Les choses ont été faites de manière à ce que notre jeune entreprise se porte bien. En fait, nous voulions une structure saine », poursuit-il.

Les créateurs de PREREQUIS constituent leur effectif à un rythme raisonnable. « Nous avons embauché notre premier salarié en 2002 », poursuit le responsable. Ensuite, tous les ans, entre deux et trois nouvelles recrues viennent renforcer les équipes d’une entreprise qui, au fur et à mesure, voit plus grand. Spécialisée initialement dans l’intégration de l’ERP d’Oracle, OEBS, PREREQUIS crée deux pôles : l’AMOA pour Assistance à Maîtrise d’Ouvrage, et le conseil en organisation. Avec cette dernière activité, le cabinet de conseil accompagne les entreprises sur un sujet aussi essentiel que la conduite du changement.

PREREQUIS a été en mesure de se bâtir une réputation d’entreprise sérieuse. « Le fait d’être connus nous permet de recevoir des appels d’offre. Avant, nous n’en recevions pas », assure Didier Leymarie. Les plus grands acteurs du secteur sollicitent également l’avis de PREREQUIS sur certaines affaires. « Une SSII bien connue du marché voulait répondre, il y a quelques années, à l’appel d’offre d’un équipementier. La SSII en question nous a appelés pour demander notre avis. Quelques temps après, ils ont obtenus le marché en question », précise-t-il. PREREQUIS a également été référencée par la RATP, « preuve que le bouche à oreille et la reconnaissance fonctionnent ! » juge Didier Leymarie.

Aujourd’hui, l’entreprise affiche des références majeures telles que la Banque de France, le groupe Accor, Air Liquide ou CAAGIS. Pour autant, PREREQUIS ne dort pas sur ses lauriers. Un nouveau pôle vient d’émerger : la B.I. (Business Intelligence). Cette nouvelle activité doit permettre à PREREQUIS de proposer, notamment des services d’audit et de conseil à des PME. « L’embauche récente d’un manager de haut niveau doit nous permettre de progresser très rapidement », espère Didier Leymarie.

L’entreprise a mis en place plusieurs avantages à destination des salariés. Ainsi, mutuelle, participation et plan d’épargne constituent autant de preuves tangibles de l’intérêt que porte l’entreprise à celles et ceux qui participent tous les jours à la création de la valeur.

La force de PREREQUIS provient également de ses salariés. Dès le départ, PREREQUIS a décidé de prendre soin d’eux. Grâce à ce type de relations avec nos équipes, notre taux de turn-over est très faible. Avoir des relations saines avec nos consultants leur donne envie de rester et de continuer à s’investir. Nous avons toujours fonctionné de cette manière et nous continuerons.