Entre le CV, les vêtements, la prise de notes et les questions, difficile pour un candidat de savoir comment réussir son entretien. Olivier Lhériau, co-fondateur de PREREQUIS et Serge Etienne, directeur et fondateur de SELETIC donnent quelques conseils pour éviter de louper un rendez-vous qui peut être primordial pour une carrière.

Q : Avant de se rendre en entretien d’embauche, il y a le CV. Quelles informations doit’on y mettre ?

Serge
Un CV doit comprendre tout le nécessaire, c’est  la première étape. Il nous aide à savoir à qui on a affaire. J’aime bien toutes les informations qui décrivent la personne. Lire des éléments sur son expérience professionnelle ne suffit pas. Par exemple, si une personne a occupé plusieurs postes, j’ai besoin de voir s’il y a une cohérence dans le parcours. En France, un CV peut tenir sur deux pages. Les CV fleuve ne me plaisent pas. Je dois être en mesure de le lire rapidement. Par exemple, une page peut montrer le parcours. L’autre page peut indiquer des missions spécifiques. En fait, la première page permet d’aller vite.

Olivier
Le CV doit de plus, donner au recruteur l’envie de rencontrer la personne qui le lui a envoyé.
C’est la raison pour laquelle on ne dit pas tout sur son CV. Il est important de garder quelques éléments de son parcours que l’on dévoilera pendant l’entretien.

Q : Pendant un moment, le CV vidéo semblait être à la mode. Qu’en pensez-vous ?

Serge 
Cela peut être fait en complément. Lorsque l’on communique, on pense transmettre un certain message. En tant que candidat, je dois veiller à ne pas trop en dire et susciter de l’intérêt. Dans une vidéo, on montre énormément de choses. De plus, l’image vidéo, ce n’est pas la même chose que la vraie image. En ce sens, il faut être très attentif à sa manière de communiquer. Toutefois, le CV vidéo peut être utile pour certains métiers, tels que le métier de commercial.

Q : Comment préparer le premier entretien ?

Olivier
Il est important de savoir précisément ce que l’on a inscrit sur son CV. Parfois, on a écrit des informations plusieurs années auparavant et l’on ne s’en souvient plus exactement. Un candidat doit savoir fournir des réponses sur tout ce qu’il a inscrit sur son CV.

Serge
Ce n’est pas la veille que l’on se prépare à un rendez-vous de ce type. Si un candidat doit se rendre à dix entretiens, il devra indéniablement connaître et maitriser son CV. Cela revient, en partie, à maîtriser son sujet. Connaître son CV, ce n’est pas, en revanche, répéter des phrases toutes faites. Il ne faut pas s’entraîner à répondre à des questions au préalable.

Q : Arriver à l’heure est, évidemment, très important pour un entretien. Pour autant, quel est le meilleur moment pour se présenter ? Faut-il arriver une demi-heure avant ou se présenter à l’heure exacte du rendez-vous ?

Olivier
Dans un cabinet de recrutement, il est très probable que la personne qui ouvre la porte soit un salarié. En arrivant une demi-heure avant, on gène. Dans les grandes entreprises, la personne à l’accueil peut appeler au 15ème étage, la personne ne sera peut-être pas à son poste. Il ne faut pas arriver une demi-heure avant. Lorsque l’on se présente à l’heure dite pour un entretien, on est en retard. Si on a un quart d’heure d’avance, on ne se présente pas. On va attendre sur un banc ou prendre un café dans un bar en face. Cinq minutes ou dix minutes avant, c’est très bien.

Q : Comment se tient-on physiquement lors d’un entretien ?

Olivier
Un candidat qui a les mains sous la table renvoie l’image de quelqu’un qui n’est pas à l’aise. S’il se vautre sur sa chaise il semble nonchalant et peu motivé. C’est aussi une question de politesse, on doit être détendu et poli.

Serge
Il y a les théories de la PNL (programmation neurolinguistique) qui expliquent que les gens en retrait,  avec les bras croisés, cherchent à se protéger. La tête inclinée signifie qu’ils écoutent. De mon côté, je pense qu’un candidat ne doit ni être complètement décontracté ni coincé. Le dos calé contre la chaise, ça donne un côté à l’aise. Poser les mains sur la table est un signe de confiance. Autre exemple. Lorsque certains candidats arrivent en entretien, ils se contorsionnent pour s’asseoir. Ils ne déplacent pas le siège. Or, lorsqu’un candidat s’assoit, il doit, au contraire, saisir la chaise et la disposer comme il le souhaite pour éviter les contorsions pour s’installer.

Q : A quel moment le candidat peut-il s’exprimer et poser des questions ?

Serge
Il n’y pas de bonne ou mauvaise manière de procéder. Il faut parler à bon escient. Savoir se taire au début d’un entretien est important. L’autre doit prendre la parole. En début d’entretien, il ne faut pas avoir peur des silences. Parfois, je crée des silences artificiels. Les gens se jettent sur ces silences et peuvent lâcher des informations intéressantes. Le candidat ne doit pas monopoliser la parole trop longtemps. Quand on me pose une question, en tant que candidat, je ne dois pas lasser la personne qui se trouve en face. Je dois savoir m’arrêter. D’où l’intérêt de mettre en confiance pour le recruteur. On peut passer à côté d’un bon candidat.

Olivier 
Je n’aime pas les silences gênés. J’aurai un avis négatif si un grand silence se prolonge. Si je suis le candidat et que je vois que le recruteur n’a rien à dire, je relance.

Q : Quel type de questions peut poser le candidat lors de l’entretien ?

Serge
Le candidat ne doit pas poser une question alors que la réponse ne l’intéressera pas. Cependant, toute question est pertinente. Poser des questions sur l’entreprise, c’est légitime. Le candidat doit toutefois se renseigner en amont. On ne peut pas arriver chez Veolia et interroger le recruteur sur les différents métiers du groupe.

Olivier
Tout à fait, si le candidat pose une question comme, par exemple : « Avez-vous un CE ?», cela peut être mal perçu. Ne poser des questions que sur les avantages de l’entreprise, sans parler des métiers de l’entreprise elle-même donne l’image de quelqu’un d’intéressé. Ce n’est pas très positif.

Q : A quel moment intervient la question du salaire ?

Serge
Le candidat ne doit pas aborder cette question lors du premier entretien. On intègre l’entreprise après avoir signé un contrat. Le candidat peut poser la question a posteriori. Toutefois, il est rarissime de voir une entreprise proposer un contrat sans avoir évoqué la question du salaire au préalable.

Q : Quel type de document peut-on apporter avec soi ?

Olivier
Au minimum, on doit venir avec de quoi écrire, son CV et sa lettre de motivation. J’ai déjà vu des gens qui me demandaient un crayon durant l’entretien… A la piscine, chez l’un de vos amis, vous ne lui demandez pas de vous prêter un maillot de bain, vous venez avec le vôtre…

Serge
Si on vient avec des documents, il vaut mieux que ces documents soient pertinents. J’ai recruté des gens pour le Commissariat à l’Energie Atomique, ils pouvaient venir avec leurs publications scientifiques.

Q : Y a-t-il un « dress code » à adopter en entretien ?

Serge
Si vous portez une cravate et que la personne qui vous interroge n’en porte pas, cela ne peut pas vous desservir. Il vaut mieux vaut en mettre une. Paraître le plus neutre possible est une bonne tactique. Une cravate avec trop de couleurs, ce n’est pas bon non plus. Il vaut mieux choisir des couleurs neutres.

Olivier
C’est assez simple, il faut être habillé pour la circonstance. On ne vient pas habillé de la même façon à un entretien d’embauche dans un cabinet d’audit que dans un garage, mais comme le souligne Serge il vaut mieux un peu trop qu’un peu trop peu.

Q : Un dernier conseil ?

Serge
On quitte  l’entretien dès que l’on est informé de la prochaine étape. Il faut poser la question de la suite, montrer que l’on est concerné ; c’est utile. On peut demander à quel moment arrive la réponse.

Olivier
Je pense qu’en arrivant en entretien, il faut être complètement détendu, être ouvert d’esprit et se préparer à être surpris. L’entretien ne se déroule jamais comme prévu.